Intervenir auprès des personnes avec autisme : Un nouveau certificat reconnu au niveau national qui permet de développer ou d’approfondir ses compétences

12 mars 2021

Pourquoi un certificat national d’intervention en autisme ?

L’autisme est un trouble du neuro-développement qui touche directement environ 1% de la population, enfants et adultes confondus. Les études scientifiques menées auprès des personnes avec autisme ont permis de développer un ensemble de connaissances, de pratiques d’évaluations et d’interventions qui s’imposent progressivement en France depuis les vingt dernières années via les recommandations de bonnes pratiques professionnelles publiées par la HAS et l’ANESM, et la mise en place successive de plusieurs plans autisme.

Former les professionnels qui interviennent auprès des personnes avec autisme aux connaissances et pratiques recommandées apparaît comme un enjeu majeur pour améliorer les parcours de vie des personnes concernées et des familles. Les formations proposées basées sur ces pratiques restent toutefois trop peu nombreuses en France, et leur durée, modalités ou thèmes abordés trop disparates. Afin d’améliorer cette situation, la Délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement et la Direction générale de la cohésion sociale lancent cette année un certificat national d’intervention en autisme, qui vise à garantir la qualité des formations dispensées via des contenus qui intègrent les recommandations de bonne pratique actuelles, et qui fixe la durée de la formation, ses modalités de réalisation et de contrôle des connaissances.

L’objectif de ce certificat est double : Il s’agit donc d’une part de former des professionnels aux connaissances essentielles à la compréhension de l’autisme et à l’accompagnement des personnes avec autisme au plus près de leurs besoins et projets.  Mais aussi, d’autre part, de sécuriser les pratiques des professionnels intervenants auprès de personnes avec autisme en leur permettant de valider leurs compétences dans le cadre d’un certificat reconnu au niveau national.

Un certificat composé d’une partie théorique et d’une partie stage.

Le CNIA niveau 2 débutera en septembre 2021. Il s’adresse aux personnes de niveau scolaire minimum bac +2 qu’elles possèdent ou non une expérience antérieure dans l’autisme.  La formation, donnée sur une année, est composée d’une partie théorique de 175h de cours organisée sur 8 périodes mensuelles et d’une partie clinique de 140 h de stage supervisé, choisi par l’étudiant selon son projet, avec l’accord toutefois du responsable scientifique.

Quels contenus ?

Les thèmes abordés concernent globalement : l’état des connaissances scientifiques actuelles sur l’autisme et les troubles du neuro-développement ; les recommandations de bonnes pratiques pour l’évaluation et l’intervention ; les principales particularités cognitives, motrices, sensorielles, communicatives et sociales de la personne avec autisme, leurs évaluations, leurs impacts dans la vie scolaire, sociale et professionnelle, et les aménagements, compensations et interventions possibles ;  la santé et le développement de la vie affective et sexuelle ; la prévention et la gestion des comportements défis ; l’identification et la compréhension des approches développementales, comportementales et éducatives recommandées pour l’intervention ;   la mise en place d’un projet personnalisé d’intervention basé sur les bonnes pratiques, qui tient compte des demandes, besoins et intérêts de la personne avec TSA et de ses proches.

Une formation de haut niveau dans une université renommée.

La formation de niveau universitaire sera donnée par des enseignants chercheurs et des professionnels de l’autisme (psychiatre, psychologue, orthophoniste, éducatrice spécialisée, ergothérapeute…) reconnus. Chaque partie est présentée par un enseignant expert dans son domaine.

 L’enseignement est donné sous la forme de cours théoriques, vidéos, présentation d’études de cas cliniques, cotation d’échelles diagnostiques et fonctionnelles, échanges autour des situations cliniques. Le stage fait l’objet d’un suivi, d’un mémoire de fin de stage accompagné de la présentation d’une situation clinique et d’une soutenance.

Eric Bizet, Docteur en psychologie, Coordonnateur du Pôle adultes 68 du Centre Ressources Autisme Alsace, Maître de conférences associé, Faculté de Psychologie, Université de Strasbourg