Former des professionnels de la cartographie des compétences et des contextes d’apprentissage

25 avril 2022

L’offre de formation de l’Inspé de Strasbourg propose à côté des mentions de master préparant aux concours de l’Éducation nationale (MEEF premier et second degrés, encadrement éducatif) un master en sciences de l’éducation et de la formation qui, de son côté, prépare aux métiers en lien avec l’ingénierie de formation. Cette mention, co-accréditée avec l’Université de Haute-Alsace, propose huit parcours spécifiques en seconde année dont la singularité est de professionnaliser les étudiants à des métiers en dehors de l’enceinte scolaire. Le parcours « Ingénierie de la formation et des compétences » (IFC) s’intéresse quant à lui à l’ensemble des fonctions nécessaires à la construction des compétences, depuis l’analyse des besoins et des ressources, la construction des actions de formation et des référentiels, le sourcing, jusqu’à la mise en œuvre des actions de formation, de diplomation ou  de certification et l’évaluation de la qualité et des externalités. Les choix pédagogiques, dans le cadre d’une approche par compétences, permettent à notre équipe d’accueillir des apprenants en formation continue, en apprentissage, en VAE, après un M1 ou une VAPP.

Une ingénierie de formation à partir de l’analyse des trajectoires

L’ensemble des intervenants dans les enseignements de ce parcours de mention de master en seconde année, qu’ils exercent comme chercheurs universitaires ou professionnels du secteur de la formation, du conseil, de l’accompagnement, des ressources humaines, partagent les mêmes centres d’intérêt : les différents espaces sociaux à l’intérieur desquels peuvent se construisent des savoirs, des habiletés, des capacités, des dispositions, des compétences ; les contextes de travail et les groupes professionnels en tant qu’ils peuvent être des contextes d’apprentisssage, de professionnalisation et d’homogénéisation des pratiques ; les champs sociaux où les acteurs peuvent expérimenter des situations de concurrence, de (dé)valorisation, de rupture, de réorientation/reconversion, de transition, d’exclusion, de discrimination, de handicap. Les premiers cherchent à comprendre la manière complexe dont se fabriquent les trajectoires individuelles en formation initiale puis continue, dans l’emploi, au chômage, en dehors de l’activité professionnelle ; la source des inégalités, les effets des dispositifs de formation continue et plus largement des politiques publiques. Les seconds outillent, construisent, mettent en œuvre une ingénierie de compétences, de formation, de projet pour fluidifier les mouvements sur les marchés du travail, pour sécuriser les trajectoires, pour accompagner les reconversions, pour renforcer les potentialités des espaces d’activité en matière d’apprentissage.

Comprendre l’employabilité dans une approche prospective des besoins économiques

Il s’agit de penser l’ingénierie de formation à partir non seulement d’une connaissance objective et détaillée des besoins des territoires et des organisations mais également des ressources en capital humain déjà constituées. Les problématiques travaillées par nos étudiants sont liées à des objets de recherche en lien avec l’insertion, l’employabilité et l’inclusion et s’inscrivent principalement en sciences de la formation : sociologie de la formation et de l’emploi, économie de l’éducation et de la formation, psychologie cognitive, évaluation/docimologie, prospective et analyse des pratiques. Notre offre de formation se veut surtout un espace de dialogue entre étudiants, professionnels et chercheurs dans le but de partager, de construire et de diffuser les dernières connaissances scientifiques, d’homogénéiser les pratiques favorables à une ingénierie optimale de compétences, de formation et de projet, de questionner les présupposés et les mythes en matière d’apprentissage, d’employabilité et de socialisation professionnelle, en vue de répondre avec bénéfice aux besoins d’accompagnement des populations et des territoires.

Stéphane Guillon, Maître de conférences, Université de Strasbourg et LISEC UR 2310
Responsable du master de Sciences de l’Éducation