Une synergie d’expertises pour répondre aux besoins des candidats à la VAE

3 janvier 2022

Plateforme d’accompagnement à distance, temps collectifs d’accompagnement… La prestation d’accompagnement à la Validation des acquis de l’expérience (VAE) proposée par la cellule VAE du Service formation continue de l’université a connu de nombreuses innovations ces dernières années. Des ateliers complémentaires, fruits de collaborations au sein de l’université, sont ainsi proposés aux candidats, autour de thématiques variées. Le premier du genre est celui consacré aux ressources documentaires, construit en collaboration avec le Service des bibliothèques et la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU). Près de trois ans après son lancement, ses deux animatrices reviennent sur cette aventure.

Expertes de la recherche documentaire, Delphine Noël-Schmitt (pôle Formation du Service des bibliothèques) et Anne Romain (BNU) connaissent bien le public de formation continue. « Nous formons des étudiants en formation initiale, mais également en reprise d’études. Mais les candidats à la VAE présentent toutefois quelques spécificités qu’il a fallu considérer », explique Anne. Le programme d’atelier de trois heures, qui se répète quatre fois dans l’année, a été défini, et a évolué, en partant des besoins spécifiques du public. « En premier lieu, les candidats VAE sont en recherche d’éléments théoriques permettant d’étayer l’analyse de leurs acquis », précise Delphine. Ils ont par conséquent besoin de se former à la recherche documentaire, à l’utilisation de moteurs de recherche ou encore à repérer les types de documents existants et les niveaux d’information qui s’y trouvent. Une sensibilisation au plagiat est également proposée.

Aux quatre coins de la France

De plus, il fut nécessaire d’adapter les modalités de cet atelier à la situation des candidats à la VAE : résidant aux quatre coins de la France et du monde, ils réalisent bien souvent la démarche de VAE à côté d’une activité professionnelle. Aussi, certaines sessions d’ateliers se tiennent en visioconférence. Les autres ont lieu à la BNU : « Les participants bénéficient d’une visite exceptionnelle des lieux, particulièrement appréciée », commente Delphine. « Ces ateliers sont enrichissants pour les candidats, mais aussi pour les animateurs et la cellule VAE », ajoute Anne.

Les candidats VAE portent un regard différent sur la documentation. A noter que le Service des bibliothèques investit près de trois millions d’euros par an pour les ressources documentaires. « Les niveaux de maitrise des outils de la recherche documentaire sont très hétérogènes, les domaines sont eux aussi très variés », relève Delphine. Pour les animateurs, il s’agit d’être polyvalents et de personnaliser un maximum la formation proposée. 

Les candidats VAE sont un public curieux, intéressé, impliqué, participatif, peut être moins centré sur internet que le public de formation initiale.

Selon Anne, « le prochain défi de l’équipe interservices impliquée dans cet atelier sera d’apprécier la qualité de la formation proposée, dans une perspective d’amélioration continue »

Céline Hoffert, Responsable Cellule VAE